Axe 2 : Typologie et linguistique historique

Depuis un article de Greenberg (1963), l’idée générale est que s’opposent – pour se compléter – la linguistique historique, qui étudie le changement diachronique des langues et les relations entre langues « apparentées », tant dans les innovations qui les distinguent que dans les emprunts qui les rapprochent, et la linguistique typologique, qui compare des traits des langues du monde sans inférence « généalogique ». Il est vrai que la linguistique aréale, bien connue au LACITO, avait en amont modifié cette opposition en introduisant l’idée de milieux socio-politiques favorables aux échanges à travers les frontières linguistiques, à un niveau qui n’est pas nécessairement celui du trait.