Thèses soutenues dans le cadre du LaCiTO

Enseignements

Liste mise en ligne depuis 2003

vendredi 02 décembre 2022 - M. Maxime Fily - Documentation, description et analyse phonologique du parler na (mosuo) de Shekua (Sichuan, Chine), à la Maison de la Recherche – Université Sorbonne Nouvelle

M. Maxime Fily a soutenu sa thèse intitulée

Documentation, description et analyse phonologique du parler na (mosuo) de Shekua (Sichuan, Chine),

à la Maison de la Recherche – Université Sorbonne Nouvelle – Salle Athéna – 4, rue des Irlandais 75005 Paris.

Le vendredi 02 décembre 2022 à 09h30 (heure de Paris)

Résumé :

La présente thèse constitue une description et analyse du dialecte de la langue na (famille sino-tibétaine/trans-himalayenne) parlé dans le village de Shekua. Après une rapide présentation de la phonologie segmentale (consonnes et voyelles), l’essentiel des analyses porte sur le système tonal. Sur la base de travaux précédents et d’une enquête de première main en immersion, il est confirmé que le système est organisé autour de deux hauteurs tonales (Haut et Bas). Le système fait l’objet d’une exploration systématique, du ton des noms à celui des composés nominaux, des verbes, et de diverses constructions morphosyntaxiques. L’analyse du système tonal met en évidence des catégories qui ne se dévoilent qu’en croisant les informations issues de plusieurs contextes : sept pour les noms monosyllabiques, et pas moins de douze pour les verbes (monosyllabiques). L’exploitation du contour phonologique descendant HL, inconnu des parlers na documentés jusque-là, constitue au plan fonctionnel un élément d’équilibre d’un système à deux niveaux, qui permet d’enrichir les moyens phonologiques (contrastifs) à sa disposition. Les systèmes à trois niveaux (H, M, L) comme celui de Alawa (Yongning), permettant une combinatoire plus étendue, ne sont pas dans une nécessité pressante d’exploiter chaque recoin de cette combinatoire. Cette nouvelle monographie au sujet d’un système tonal na, qui se double d’un corpus entièrement publié en libre accès, vient enrichir la documentation au sujet d’une langue dont la chaîne de transmission traditionnelle est particulièrement menacée.

jeudi 01 décembre 2022 - Mme Eréndira Calderón Gonzáleza - « Bilinguisme et cognition spatiale chez les Ngiguas (Oaxaca, Mexique) », au Campus CNRS de Villejuif

Mme Eréndira Calderón Gonzáleza a soutenu sa thèse intitulée

« Bilinguisme et cognition spatiale chez les Ngiguas (Oaxaca, Mexique) »,
au Campus CNRS de Villejuif, salle de conférences, bâtiment D (7 rue Guy Môquet 94800 Villejuif).
Le jeudi 01 décembre 2022 à 15h30 (heure de Paris)

 

Le jury était constitué de :

Mme Evangelia ADAMOU. Directrice de recherche, CNRS, directrice de thèse.

M Olivier LE GUEN. Professeur, CIESAS, rapporteur.

Mme Tatiana NIKITINA. Directrice de recherche, CNRS, présidente du jury.

M Gilles POLIAN. Professeur, CIESAS, rapporteur.

Mme Maia PONSONNET. Chargée de recherche, CNRS, membre du jury.

 

Résumé :

Des études récentes montrent que des locuteurs qui vivent dans des communautés autochtones rurales mobilisent des cadres de référence (CdR) spatiaux géocentriques, ex. nord-sud, même lorsqu’ils parlent une langue qui privilégie des CdR égocentriques, ex. gauche-droite. Pour comprendre l’origine de ces emplois, nous nous sommes penchés sur les derniers locuteurs bilingues d’une langue originaire du Mexique, le ngigua, et de l’espagnol. Notre hypothèse est que les bilingues ont fusionné les CdR géocentriques des deux langues et les ont transmis aux jeunes générations hispanophones. Nous avons mené deux études auprès de bilingues ngigua-espagnol et de monolingues hispanophones de la même communauté. La première étude est une tâche de description spatiale à petite échelle et la deuxième une tâche de localisation à grande échelle qui permet d’étudier la gestuelle co-verbale. L’analyse des réponses révèle un transfert conceptuel bidirectionnel entre l’espagnol et le ngigua : en ngigua, les bilingues emploient des conceptualisations géocentriques ; en espagnol, ils emploient les CdR égocentriques à l’oral, mais comme en ngigua, ils préfèrent utiliser des pointages directs et des gestes géocentriques associés à des expressions géomorphiques et déictiques. En comparaison, les jeunes hispanophones utilisent des gestes géocentriques tout en introduisant une innovation par l’emploi des termes cardinaux, ex. nord-sud. Le maintien des représentations géocentriques est sans doute facilité par le mode de vie rural. En conclusion, cette thèse démontre l’importance de prendre en compte le bilinguisme dans l’étude de la langue et de la cognition.

Mots-clés : ngigua ; contact de langues ; bilinguisme ; cognition spatiale ; gestuelle ; expression de l’espace.

mardi 14 décembre 2021 - Mme Minh-Châu Nguyên - "Glottalization, tonal contrasts and intonation: an experimental study of the Kim Thuong dialect of Muong", à la Sorbonne Nouvelle Paris III

Mme Minh-Châu Nguyên a soutenu sa thèse intitulée

Glottalization, tonal contrasts and intonation: an experimental study of the Kim Thuong dialect of Muong, à la Sorbonne Nouvelle Paris III
Le mardi 14 décembre 2021 à 14h
Le jury était constitué de :
Prof. Marc BRUNELLE, Professeur, Université d’Ottawa. (Rapporteur)
M. James KIRBY, Reader, Université d’Edimbourg. (Rapporteur)
Prof. Thị-Ngọc-Yến PHẠM, Professeur, Université des sciences et technologies de Hanoi (HUST). (Examinatrice)
Mme Solange ROSSATO, Maître de conférences, Université Grenoble Alpes. (Examinatrice)
M. Alexis MICHAUD, directeur de thèse, Chercheur, LACITO-CNRS, UMR 7107.
Lise CREVIER-BUCHMAN, directrice de thèse, Chercheur, LPP-CNRS, UMR 7018.
Résumé :
Toutes les langues de la branche viétique de la famille austroasiatique possèdent au moins un ton glottalisé. La présente thèse se concentre sur l’une de ces langues : le muong (en orthographe vietnamienne : Mường, endonyme : /mon³/), parlé à Kim Thuong (Phu Tho, Vietnam). Vingt locuteurs ont enregistré douze ensembles minimaux des cinq tons des syllabes sans occlusives finales, et trois paires minimales des deux tons des syllabes à occlusives finales, dans deux conditions : à l’isolée et dans une phrase cadre. Les signaux acoustiques et électroglottographiques recueillis permettent d’estimer fréquence fondamentale, quotient ouvert et durée. Ces paramètres sont comparés entre tons, entre conditions expérimentales et entre locuteurs, afin de parvenir à une meilleure compréhension de la glottalisation en tant que caractéristique d’un ton lexical. Tout d’abord, les allotones du ton phonologiquement glottalisé en muong (le ton 4) sont classés sur des bases phonétiques. Il est tentant d’opposer ce ton, caractérisé par la présence régulière d’une voix craquée, avec les tons B2 et C2 du vietnamien du nord (avec lequel le muong est en contact linguistique soutenu), caractérisés par une constriction glottale. Cependant, une analyse phonologique du ton 4 comme prototype de « ton en voix craquée » masquerait la complexité des faits : le ton 4 fait partie d’un système au sein duquel il n’est pas défini exclusivement par un type de phonation. En outre, la plage de variation allotonique du ton 4 comprend des cas de constriction glottale. Une nomenclature phonétique des types de glottalisation sert de base à la description du ton 4 et de son interaction avec l’intonation.
Mots-clés : langues viétiques, langue muong, systèmes de tons, types de voix, glottalisation, voix craquée, phonétique expérimentale, électroglottographie.
Jeudi 09 décembre 2021 - M Boukary BORO - "Le yá zɔni : nom de combat des lutteurs sanã du Burkina Faso", à la Sorbonne Nouvelle Paris III

M. Boukary Boro a soutenu sa thèse intitulée

Le yá zɔni : nom de combat des lutteurs sanã du Burkina Faso, à la Sorbonne Nouvelle Paris III
Le jeudi 09 décembre 2021 à 14 h
Le jury sera constitué de :
Prof. Michèle CROS, Professeur des Universités, Université de Lyon 2. (Présidente)
Mme Dominique CHEVÉ, Docteure en anthropologie, chercheuse associée au CNRS/UCAD. (Examinatrice)
Prof. Sophie CHAVE-DARTOEN, MCF-HDR, Université de Bordeaux. (rapporteuse)
Mme Agnieszka KEDZIERSKA MANZON, Directrice d’études, EPHE. (rapporteuse)
Prof. Cécile LEGUY, directrice de thèse, Professeur des universités, Université Sorbonne Nouvelle-LaCiTO, UMR7107.
Résumé :
Au Burkina Faso, les Sanã sont culturellement identifiés et reconnus par leur aptitude dans la lutte traditionnelle. C’est une pratique sportive ancestrale qui s’accompagne d’une autre pratique : celle qui consiste pour les lutteurs à s’attribuer des noms dans le cadre des combats. Ces surnoms, fortement caractérisés par leur charge imagée, servent à identifier les lutteurs et exprimer leur signature de combat, d’une part, et sont surtout utilisés, d’autre part, comme un moyen de dissuasion des adversaires. Au-delà de la lutte traditionnelle, qui est la situation sociale par excellence d’énonciation de ce nom, le yá zɔni est également utilisé dans plusieurs autres contextes pratiques de la vie quotidienne. Ces derniers sont surtout des cadres où le courage, l’endurance, le dépassement de soi sont les qualités qui doivent caractériser les protagonistes. Dans ces situations aussi, ce nom sert de moyen pour l’individu d’impressionner ses concurrents. Finalement, le nom de combat constitue pour l’individu un canal de construction et d’expression d’une identité sublimée, dans la mesure où quel que soit le yá zɔni, l’image qui y est projetée est celle d’un homme sûr de sa force et de pouvoir dominer les autres.
Mots-clés : Sanã, lutte traditionnelle, nom de combat, moyen de dissuasion, identité sublimée.
Samedi 04 décembre 2021 - Mme Evgeniya GUTOVA - Variétés berbères senhaja: phonologie, morphologie et morphosyntaxe, à la Sorbonne Nouvelle Paris III

Mme GUTOVA Evgeniya a soutenu sa thèse intitulée

Variétés berbères senhaja: phonologie, morphologie et morphosyntaxe, à la Sorbonne Nouvelle Paris III
Le samedi 04 décembre 2021
Le jury était constitué de :
Prof. Catherine Taine-Cheikh, directrice de thèse, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – LaCiTO, UMR7107.
Prof. Vermondo Brugnatelli, Università di Milano-Bicocca. (rapporteur)
M. Alexandre François, directeur de recherche, LaTTiCe-CNRS, UMR8094.
Prof. Maarten Kossmann, Leiden University. (rapporteur)
Prof. Amina Mettouchi, EPHE-CNRS, Paris.
Résumé :
Cette thèse présente une étude polylectale de plusieurs variétés berbères senhaja (nord-ouest du Maroc), soulignant les différences et points communs entre elles. Basée sur des données de terrain issues de sept variétés, elle porte une attention particulière à trois variétés : le ketama, le hmed et le zerqet. Ces variétés sont importantes pour la compréhension de la variation linguistique et de l’histoire de la région. Le senhaja présente des similitudes avec le ghomara, parlé plus à l’ouest, et le tarifiyt, parlé plus à l’est, mais les différences restent substantielles. Le senhaja et le ghomara pourraient avoir une origine commune. La thèse couvre les principaux domaines de la langue (phonologie, morphologie, morphosyntaxe) et s’intéresse aux phénomènes de linguistique de contact. Le senhaja a été fortement influencé par l’arabe dans son lexique, sa morphologie et sa syntaxe. Le modèle arabe de dérivation se retrouve dans la formation de causatifs et de participes de verbes d’origine berbère. Les adjectifs forment une classe distincte, ce qui n’est pas courant en berbère. Dans certaines variétés, les adjectifs sont conjugués, ce qui les rend similaires aux verbes. Une autre particularité est le comportement divergent des clitiques verbaux. En berbère, les clitiques sont préverbés dans des conditions syntaxiques spécifiques. En ketama, l’attraction des clitiques peut être incomplète et le clitique déictique peut être répété. Dans d’autres variétés, les clitiques peuvent rester postposés, alors qu’ils devraient être préposés. La réanalyse, la grammaticalisation et la volonté d’éviter l’ambiguïté peuvent expliquer le comportement divergent des clitiques du senhaja.
Mots-clés : Senhaja, Berber, Northern Morocco, verbal morphology, morphophonology, clitics, partial clitic fronting, contact linguistics, grammatical borrowing, polylectal grammar, descriptive grammar, dialectal variation.
Vendredi 09 juillet 2021 - Mme Valentina ALFARANO - "A grammar of Nalögo, an Oceanic language of Santa Cruz Island" (INALCO)

Mme Valentina ALFARANO a soutenu sa thèse intitulée
A grammar of Nalögo, an Oceanic language of Santa Cruz Island, à l’INALCO
le vendredi 9 juillet 2021
Le jury était constitué de :
Prof. Isabelle Bril, directrice de thèse, INALCO-LACITO-CNRS, UMR 7107.
Prof. Åshild Næss, directrice de thèse, Université d’Oslo.
Prof. Sebastian Fedden , Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.
Prof. Kilu von Prince, Humbold H. Universität, Düsseldorf.
et de Dr. Stefan Schnell (rapporteur), Otto-Friedrich Universität, Bamberg.
Résumé :
Cette thèse est la première description de la langue nalögo, parlée sur l’île Santa Cruz (Province Temotu, aux îles Salomon). C’est une langue océanienne du groupe Reef-Santa Cruz (RSC). Les données analysées ont été collectées par l’auteure dans les villages de Nea et Nemboi lors d’une enquête de terrain d’environ six mois. Les langues du groupe RSC sont qualifiées d’‘aberrantes’ au sein de la famille océanienne. Après de longs débats sur leur origine, elles sont maintenant reconnues comme des langues océaniennes faisant partie de la grande famille austronésienne. Les langues RSC présentent des traits grammaticaux inhabituels, surtout dans la structure de la phrase. L’äiwoo, l’une des langues RSC, parlée sur les îles Reef, a un système de voix symétriques, qui a ensuite disparu quand le proto-océanien s’est séparé du reste de la famille austronésienne. L’objet de cette thèse est de décrire les caractéristiques essentielles phonologiques, morphologiques et syntaxiques du nalögo, d’analyser la structure de la phrase et les relations grammaticales de cette langue. Le nalögo a un système fondé sur des variations de transitivité et montre un grand nombre de procédés de changements de valence. Malgré des différences notables entre les deux systèmes, le nalögo partage toutefois certains traits avec la langue äiwoo, et plus généralement avec les langues austronésiennes occidentales.
Mots-clés : langues océaniennes, langues du groupe Reef-Santa Cruz, description grammaticale, relations grammaticales, changement de valence.

Vendredi 26 février 2021 - M. Paul HORLEY - "Complex iconographic, paleographic and structural analysis of rongorongo script in cultural context of Rapa Nui (Easter Island)" (’Ecole Pratique des Hautes Etudes)

M. Paul HORLEY a soutenu sa thèse intitulée
Complex iconographic, paleographic and structural analysis of rongorongo script in cultural context of Rapa Nui (Easter Island) à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes
le vendredi 26 février 2021
Jury en visioconférence :
Prof. Isabelle Bril, directrice de thèse, EPHE-LACITO-CNRS, UMR 7107
Prof. Konstantin Pozdniakov, directeur de thèse, INALCO, LLACAN-CNRS, UMR 8135
Prof. Jan J. Boersema, University of Leiden
Prof. Catie Orliac, Directeur de Recherches Emérite, ARSCAN, UMR 7040
Prof. Claude Rilly, Directeur de Recherches, EPHE, LLACAN-CNRS, UMR 8135
Prof. Burkhard Vogt, German Archaeological Institute, Bonn
Résumé :
Cette thèse a pour but d’améliorer et de compléter la documentation et l’analyse iconographique et linguistique des inscriptions rongorongo de l’île de Pâques (Rapa Nui) et de comparer ces inscriptions à d’autres formes d’art sculptées dans le bois et la pierre, afin d’identifier plus précisément la place de l’écriture rongorongo au sein du vaste patrimoine culturel de Rapa Nui. L’étude des artefacts originaux et de leurs photographies numérisées à haute résolution a permis d’identifier avec une bien meilleure précision les signes existants et les corrections effectuées par les scribes ; elle permet notamment de distinguer les contours pre-incisés et le tracé définitif des glyphes. Une analyse comparative de textes en langue rapanui et de l’écriture rongorongo a également permis d’identifier les similitudes structurelles essentielles entre ces inscriptions et les langues polynésiennes orientales. Divers appendices comportent des listes de mots du 18ème et 19ème siècle et leurs cognats en Proto-polynésien.
Mots clés : Rapa Nui (île de Pâques), écriture rongorongo, linguistique polynésienne, études culturelles et anthropologiques.

Jeudi 17 décembre 2020 - Mme Song TAN - L’analyse phonologique, syntaxique et lexicale des spécificités du mandarin du Nord-Est parlé au Liaoning, Paris IV

Mme Song TAN a soutenu sa thèse intitulée

L’analyse phonologique, syntaxique et lexicale des spécificités du mandarin du Nord-Est parlé au Liaoning, Paris IV
Le jeudi 17 décembre 2020
Jury :
Mme Françoise Guérin, Maître de conférence – HDR, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 4 (directrice de thèse)
M. Chong QI, Maître de conférence, Université de Paris. (co-directeur de thèse)
Mme Hilary CHAPPELL, directrice d’études, EHESS-CRLAO
Mme Maria TSIGOU, Maître de conférence – HDR, Université Ionienne (Grèce)
M. Marc Duval, Maître de conférence habilité à l’Université Paris-Sorbonne
M. Chong QI, Maître de conférence, Université de Paris.
Mme Françoise Guérin, Maître de conférence – HDR, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 4
M. Christos CLAIRIS, professeur émérite, Université de Paris. (rapporteur)
Mme Hilary CHAPPELL, directrice d’études, EHESS-CRLAO. (rapporteur)
Résumé :
Le mandarin du Nord-Est est une variété du mandarin parlée dans le Nord-Est de la Chine, région que l’on appelait autrefois la Mandchourie. Cette variété du mandarin est considérée comme étant proche de la langue standard et il existe peu d’analyses rigoureuses concernant ses spécificités. Cette thèse se donne pour objectif de décrire et d’analyser aux niveaux phonologique, syntaxique et lexicale le mandarin du Nord-Est parlé dans le Liaoning (province la plus peuplée du Nord-Est). Ce travail a été réalisé à la suite de la collecte des données orales enregistrées avec des informateurs de différentes générations. S’appuyant sur les préceptes de la théorie fonctionnaliste et respectant le principe de pertinence aux niveaux des unités de première et de deuxième articulation, ce travail tente d’établir le système phonologique de cette variété en montrant clairement les particularités. Au niveau syntaxique, cette thèse cherche à mettre en valeur des spécificités grammaticales en partant des faits réels langagiers et s’intéresse enfin à l’analyse lexicale qui traite à la fois des lexèmes empruntés et des lexèmes propres à cette variété. L’influence de la langue standard par le biais de la scolarité, de la littérature et des médias fait que le mandarin du Nord-Est tend à se perdre en contexte formel. La comparaison avec le mandarin standard est aussi présente dans cette thèse pour faciliter la compréhension des changements, permettant ainsi de donner un reflet exact de la vitalité du mandarin du Nord-Est. Avec des données utilisables pour tous, cette thèse est destinée à ceux qui s’intéressent à la linguistique chinoise dont les recherches ne cessent de se développer depuis de nombreuses années.
Mots clés : linguistique chinoise ; mandarin standard ; mandarin du Nord-Est ; théorie fonctionnaliste ; système phonologique ; voyelle rhotique et rhotacisation ; préposition搁 GE ; morphèmes de degrés 老 LAO ; négatifs 不 BU et 没 MEI ; emprunts lexicaux ; toponymes ; zoonymes ; phytonymes ; expressions calembouresques. 

Mardi 15 décembre 2020 - M. Ning WANGO - L’acquisition du voisement des occlusives du français par des sinophones : locuteurs wu et non-wu, dans le cadre de Paris IV

M. Ning WANG a soutenu sa thèse intitulée
L’acquisition du voisement des occlusives du français par des sinophones : locuteurs wu et non-wu, dans le cadre de Paris IV
le mardi 15 décembre 2020
Jury :
Mme Françoise Guérin, Maître de conférence – HDR, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 4 (directrice de thèse)
M. Didier Demolin, Professeur, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. (co-directeur de thèse)
M. Hans Van de Velde, professeur de Sociolinguistique, Fryske Akademy, (Le président du jury)
M. Alexis Michaud, directeur, CNRS -LACITO, UMR 7107
M. Denis Costaouec, Maître de conférence, Université Paris Descartes
M. Marc Duval, Maître de conférence habilité à l’Université Paris-Sorbonne
M. Hans Van de Velde, professeur de Sociolinguistiques, Fryske Akademy,  (rapporteur)
M. Xiaoquan Zhu, Nanjing University Of Aeronautics and Astronautics (rapporteur)
Résumé :
Après avoir dégagé le système phonologique de la langue wu parlé à Suzhou selon les principes de la phonologie fonctionnelle basée sur la pertinence communicationnelle, nous nous sommes intéressé à la substance phonique des phonèmes occlusifs, en décrivant finement le voisement, l’aspiration ainsi que la voix soufflée liée au registre tonal. Le premier enjeu étant de prouver que les locuteurs du wu produisent effectivement une réalisation voisée en fonction de la position de la consonne et du registre tonal dans un contexte particulier. Nous avons alors enregistré la production d’une vingtaine de locuteurs natifs de Suzhou des deux sexes et de deux générations différentes. Nous avons ensuite mesuré les paramètres acoustiques tels que F0, VOT, v-ratio, H1-H2, H1-A1, H1-A2 et CPP. Ces résultats ont été statistiquement traités avec les méthodes de l’ANOVA, l’ART et le GLMER sur les réponses de type binomial.Le but ultime étant de savoir si le voisement constaté chez les locuteurs wu influait sur l’apprentissage de la perception et de la production des phonèmes occlusifs voisés du français et les avantageait par rapport aux Chinois qui ne parlent que mandarin. Pour ce faire, nous avons sélectionné une trentaine d’apprenants débutants dont la moitié était des locuteurs du wu et l’autre moitié était des locuteurs ayant le mandarin pour langue maternelle, pour procéder à une série de tests de perception et de production portant essentiellement sur les occlusives du français. Leurs résultats ont été analysés et comparés en appliquant les principes des modèles réputés dans le cadre de la Second Language Acquisition tels que Speech Learning Model et Perceptuel Assimilation Model.

Mots clés : angue wu, Variété de Suzhou, Registre tonal, Voix soufflée, Voisement, Acquisition de L2, Perception, Production, Français (langue) — Étude et enseignement — Locuteurs du chinois, Aspiration (phonétique)​

Vendredi 2 octobre 2020 - M. Sekou COULIBALY - "Le minyanka parlé dans le cercle de Bia (Mali) : une description phonologique et morphosyntaxique" (Paris III)

M. Sekou COULIBALY a soutenu sa thèse intitulée
Le minyanka parlé dans le cercle de Bia (Mali) : une description phonologique et morphosyntaxique, dans le cadre de Paris III
le vendredi 2 octobre 2020, à partir de 14h
à la maison de la recherche de l’Université Sorbonne-Nouvelle – Paris III, 4 rue des Irlandais 75005 (salle Athéna)
N.B. Le nombre de personnes autorisées en salle est limité à 28. Le port du masque est obligatoire.
Il est également possible de suivre la soutenance par visioconférence (réunion Zoom ou Skype Entreprise => liens à demander par courriel à S. Coulibaly)
Jury :
Mme Injoo Choi-Jonin, Professeure, Université Toulouse 2 & Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (directrice de thèse)
M. Valentin Vydrin, Professeur, I.N.A.L.C.O. (co-directeur de thèse)
M. Denis Creissels, Professeur émérite, Université Lyon 2 (rapporteur) > par visioconférence
Mme Klaudia Dombrowsky-Hahn, Privatdozent HDR, Université Bayreuth & Université Frankfurt/ Main (rapporteure) > par visioconférence
M. Konstantin Pozdniakov, Professeur, I.N.A.L.C.O. (examinateur)
Résumé :
Le minyanka est une langue sénoufo qui a plusieurs dialectes. Cette thèse est un essai de description de la variété du minyanka parlée à Pénesso, dans le cercle de Bla (sud-est du Mali). Cette variété se distingue des autres parlers minyanka décrits à ce jour (ceux de Karangasso, de Yorosso et de Mpessoba) par les trois aspects suivants : (i) sur le plan phonologique, elle est caractérisée par l’absence de consonnes labio-vélaires (kpgbŋm) et par la présence de consonnes fricatives laryngales (hɦ) ; (ii) sur le plan tonal, à la différence des autres parlers minyanka déjà décrits qui sont considérés comme ayant 3 tons (haut, moyen et bas), celui de Pénesso n’en a que 2 (haut, bas) plus le downstep ; (iii) sur le plan morphologique, contrairement aux autres parlers minyanka qui ont 8 suffixes nominaux de classe et 8 classes d’accord, celui de Pénesso a 8 suffixes nominaux et seulement 6 classes d’accord. Au niveau de la morphologie verbale, le minyanka de Pénesso manifeste certaines propriétés observées généralement dans les langues sénoufo : (i) l’aspect et le temps sont exprimés par des marqueurs prédicatifs qui se placent immédiatement après le sujet ; (ii) la plupart des verbes ont 2 formes : perfective (utilisée pour des procès bornés) et imperfective (utilisée pour des procès non bornés). Au niveau de la syntaxe, le minyanka, à l’instar des autres langues sénoufo, a souvent recours à des constructions sérielles pour exprimer des actions qui sont généralement encodées par un seul verbe dans les langues non sérialisantes. La labilité est un phénomène très répandu en minyanka, car près de la moitié de ses verbes sont labiles. Comme les autres langues sénoufo, le minyanka dispose de 2 conjonctions distinctes (à ‘et.DS’ et  ‘et.SS’) pour exprimer respectivement le changement et l’identité du sujet dans les propositions coordonnées.

Jeudi 14 mai 2020 - Mme Aisha SAAD - "Les constructions en avoir –possessives et à support– dans le dialecte libyen de Benghazi" (Paris III)

Mme Aisha SAAD a soutenu sa thèse intitulée
Les constructions en avoir –possessives et à support– dans le dialecte libyen de Benghazi, dans le cadre de Paris III
le jeudi 14 mai 2020
Jury en visioconférence :
Mme Salam Diab-Duranton, université Grenoble-Alpes
Mme Sophie Vassilaki, INALCO
M. Jean-Patrick Guillaume, université Sorbonne Nouvelle
Mme Samia Naïm, CNRS-LACITO (directrice)
Mme Marie-Claude Simeone-Senelle, CNRS-LLACAN
M. Adam Benkato, université de Berkeley
Mme Aimée Lahaussois, CNRS-HTL

28 novembre 2019 - M. Komi SIMNARA - "L'expression des émotions en lama" (Paris III)

M. Komi SIMNARA a soutenu sa thèse intitulée
L’expression des émotions en lama, dans le cadre de Paris III,
le 28 novembre 2019
Jury :
Mme Samia NAÏM, Directrice de recherche émérite, CNRS-LACITO (directrice)
M. Pascal BOYELDIEU, Directeur de recherche émérite, CNRS-LLACAN (directeur)
M. Sylvester OSU, Professeur, Université de Tours
M. Denis CREISSELS, Professeur émérite, Université Lyon 2
Mme Nicole TERSIS, Directrice de recherche émérite, CNRS-SEDYL
Résumé :
Cette thèse propose une étude des différents procédés utilisés par les locuteurs du lama (langue Gur parlée au Togo) pour exprimer verbalement leurs émotions. Les données analysées proviennent d’un corpus de première main recueilli sur le terrain à Kantè (Togo). Il consiste en une trentaine d’heures d’enregistrement de conversations spontanées et naturelles recueillies sur des places publiques comme les marchés, les lieux d’activités ludiques, ou de manifestations culturelles, tantôt au moyen d’enregistrements impromptus, tantôt par des prises de notes. Il en ressort que l’émotion peut se manifester selon trois modes d’expression : la dénotation, la connotation et l’inférence. Ces modes mettent en lumière une diversité de ressources et de stratégies : vocabulaire du champ émotionnel, marqueurs lexicaux et syntaxiques chargés de connotations émotionnelles, métaphores rendant compte de la conceptualisation des émotions, construction de l’émotion par la schématisation discursive d’une situation ou par la mise en place de l’ethos et du pathos dans le discours, etc. L’examen de ces différents procédés montre qu’il n’existe pas un marquage propre au langage de l’émotion en lama. Il ressort également de cette étude que la manifestation de l’émotion n’est pas codifiée par des normes sociales. La comparaison du lama avec d’autres langues à travers de nombreux exemples fait apparaître des similitudes et des différences dans la façon dont les émotions sont exprimées, aussi bien au niveau linguistique que culturel. L’expression émotionnelle dans la langue lama participe ainsi à la fois de l’universalité et de la spécificité culturelle.

5 septembre 2019 - M. Cristian PADURE - "La variation copule/clitique sujet en romani du Mexique sous l'influence du ser/estar de l'espagnol" (Inalco)

M. Cristian PADURE a soutenu sa thèse intitulée
La variation copule/clitique sujet en romani du Mexique sous l’influence du ser/estar de l’espagnol, dans le cadre de l’Inalco
le 5 septembre 2019
Jury :
Mme Evangelia Adamou, CNRS-Lacito (directrice)
Résumé :
Cette thèse examine l’alternance en romani du Mexique de la copule si et des clitiques sujet lo ; -li/-la ; -le. Il s’agit d’un phénomène linguistique absent de toutes les variétés romani parlées en Europe et qui selon Adamou (2013) s’est développé sous l’influence de l’espagnol dans les communautés romani installées en Amérique Latine depuis le 19e siècle.
La présente étude s’appuie des données originales collectées auprès de locuteurs bilingues de la communauté de La Rinconada dans l’État de Veracruz au Mexique. En analysant un corpus oral spontané d’environ 16 heures et les réponses de 60 personnes à un questionnaire de choix de copule, j’ai pu dégager les variables qui sous-tendent l’emploi des copules en espagnol et romani.
Les variables linguistiques décrites traditionnellement pour la variation des copules ser et estar en espagnol, comme par exemple le Cadre de référence et le Type de prédicat, s’avèrent aussi pertinentes pour comprendre l’emploi des copules romani. Les clitiques sujet romani sont particulièrement dynamiques dans les constructions de troisième personne affirmatives au présent où ils tendent à éclipser la copule romani traditionnelle si.
Il est possible d’argumenter que cette expansion provoquée par le contact avec l’espagnol influence à son tour l’emploi des copules en espagnol. En effet, on observe parallèlement un dynamisme de la copule estar et son extension à des contextes précédemment occupés par la copule ser, une tendance plus générale documentée par ailleurs pour l’espagnol du Mexique.
Mots-clés : romani ; espagnol ; Mexique ; bilinguisme ; copules ; variation

5 décembre 2018 - Mme Samia KHICHANE - "Ethnographie des conflits domestiques en Kabylie : injures, commérages, malédictions"

Mme Samia KHICHANE a soutenu sa thèse intitulée
Ethnographie des conflits domestiques en Kabylie : injures, commérages, malédictions
le 5 décembre 2018
Jury :
Mme Souad AZIZI, professeur habilité, Université Hassan II, Casablanca
Mme Marie-Luce GÉLARD, maître de conférences HDR, Université Paris Descartes
Mme Mena B. LAFKIOUI, directrice de recherche, CNRS et directrice d’études, EHESS
Mme Cécile LEGUY, professeur des universités, Université Sorbonne Nouvelle (directrice)
Mme Tassadit YACINE, directrice d’études, EHESS
Résumé :
En Kabylie, société de tradition patriarcale à domination masculine, les femmes ont recouru pendant des siècles à une multitude de pratiques détournées, décrites dans la littérature comme des « contre-pouvoirs » (Lacoste-Dujardin, 1985, 2008). À travers nombre de processus, elles semblent avoir de tout temps défié l’autorité dominante par le recours à des pratiques magiques, par une adaptation aux normes et valeurs de la société, mais surtout par la subtilité et la maîtrise de l’art de la parole. L’injure féminine, en tant qu’acte de langage, fait également partie des stratégies qu’utilisent les femmes kabyles afin d’exercer leur pouvoir de manière indirecte sur la société dominante, autrement dit, sur les hommes.
     La plupart des recherches qui se sont penchées sur la question de l’injure en Kabylie ont été menées par des anthropologues qui l’abordent dans son aspect ritualisé (Aït-Ferroukh, 1999 ; Rabia, 1988) ou par des linguistes dont les réflexions portent essentiellement sur le critère sémantique envisagé en rapport avec la vision du monde et la société (Mebtouche-Nejai 2012). Dans la perspective anthropologique qui m’intéresse, l’injure sera appréhendée comme un ensemble d’actes sociaux porteurs de conséquences (Laforêt et Vincent, 2004), plutôt que comme une catégorie de parole dépréciative, d’où la nécessité de prendre en compte sa valeur pragmatique dans la dimension du tort causé ou subi ou effet injure (Larguèche 1983, 1993, 2004, 2009) qui est nécessaire à sa compréhension.
     En m’appuyant sur les spécificités typologiques de l’injure féminine, je tenterai de montrer, dans une optique essentiellement pragmatique, comment dans une société à domination masculine où la parole est codifiée, l’injure, en tant que transgression langagière, permet aux femmes d’exercer leur pouvoir de manière indirecte. L’examen de ces procédés permettra de cerner les enjeux du pouvoir féminin et de voir dans quelle mesure l’injure peut être utilisée comme contre-pouvoir.

20 juin 2018 - Mme Lin XIAO - "Iconicité de la séquence temporelle en chinois mandarin contemporain"

Mme Lin XIAO a soutenu sa thèse intitulée
Iconicité de la séquence temporelle en chinois mandarin contemporain
le 20 juin 2018
Jury :
Mme Hilary Chappell (Directeur d’études à l’EHESS)
M. Danh Thành Do-Hurinville (Professeur à l’Université de France-Comté)
M. Marc Duval (Maître de conférence habilité à l’Université Paris-Sorbonne)
M. Alain Lemaréchal (Professeur émérite à l’Université Paris-Sorbonne, directeur d’études émérite à l’EPHE) (directeur)
M. Pierre Marsone (Directeur d’études à l’EPHE)
M. Alain Peyraube (Directeur de recherche émérite au CNRS, directeur d’études émérite à l’EHESS)
Résumé :
Dans la ligne des travaux sur l’iconicité de Peirce (1930), Haiman (1980, 1985), Tai (1985) etc., on appelle ‘iconicité temporelle’ le fait que la succession dans le temps, c’est-à-dire dans la chaîne parlée, des constituants d’un énoncé mime la succession des événements dans un monde de référence. Nous avons étendu le champ d’application de cette ‘iconicité temporelle’ des événements aux procès et, de là, aux phases qui les composent.
    L’objectif de cette thèse est de tenter de ‘faire marcher’ l’idée d »iconicité de la séquence’ jusqu’au bout, en partant d’une définition des constructions verbales sérielles (CVS) la plus large possible permettant d’englober toute suite de constituants verbaux ne présentant aucun connecteur. Cela permet d’étendre l’étude à toute séquence de procès décomposable en sous-procès dans le monde de référence ou en sous-événements dans le monde du discours (systèmes protase-apodose hypothétique et temporel).
    Si l’iconicité est partout, c’est que les marques séquentielles (l’ordre des constituants), avec les informations sur les prédicats (valence et Aktionsart) codées dans le lexique, sont essentielles au fonctionnement des langues isolantes du type du chinois, et que ces marques séquentielles obéissent le plus souvent, au moins dans le cas du chinois, à l’iconicité.

18 décembre 2017 - Kirill SIDOROV - "Structure aspectuelle et prédication secondaire (résultative et dépictive)"

Kirill SIDOROV a soutenu sa thèse intitulée
Structure aspectuelle et prédication secondaire (résultative et dépictive),
le 18 décembre 2017
à la Maison de la Recherche de Paris 3 – Salle Claude Simon – 4, rue des Irlandais 75005 Paris
Jury :
Mme Hana GRUET-SKRABALOVA : Maître de conférences – Université Clermont-Ferrand 2 Blaise Pascal
Mme Jacqueline GUERON : Professeur émérite – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Mme Brenda LACA : Professeur des Universités – Université Paris 8 Vincennes
M. Bernard OYHARCABAL : (absent) Directeur de recherche émérite – CNRS
M. Georges REBUSCHI : Professeur émérite – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 (directeur)
M. Alain ROUVERET : Professeur émérite – Université Paris 7 Diderot
Mme Svetlana VOGELEER-ALOUSHKOVA : Professeur émérite – Université catholique de Louvain (Belgique)

 

10 janvier 2017 - Ahmad HASSAN - "Les compléments de manière en français et en syrien de Tartous"

MAhmad HASSAN a soutenu sa thèse intitulée
Les compléments de manière en français et en syrien de Tartous
le 10 janvier 2017
à la Maison de la Recherche de Paris 3 – Salle Claude Simon – 4, rue des Irlandais 75005 Paris
Jury :
Mme Georgine AYOUB : Professeur des Universités – Inalco
Mme Injoo CHOI-JONIN : Professeur des Universités – Université Toulouse 2 (directeur)
M. Alain LEMARECHAL : Professeur émérite – Université Paris 4
Mme Estelle MOLINE : Professeur des Universités- Université de Caen
Mme Samia NAIM : Directrice de recherche émérite – LACITO (directeur)

13 décembre 2016 - Camille SIMON - "Morphosyntaxe et sémantique grammaticale du salar et du tibétain de l'Amdo : analyse d'un contact de langues"

Mme Camille SIMON a soutenu brillamment sa thèse intitulée
Morphosyntaxe et sémantique grammaticale du salar et du tibétain de l’Amdo : analyse d’un contact de langues
le 13 décembre 2016
à la Maison de la Recherche de Paris 3 – Salle Claude Simon – 4, rue des Irlandais 75005 Paris
Jury :
M. Denis CREISSELS : Professeur émérite – Université Lyon 2
Mme Eva CSATO : Professeur des Universités – Université d’Uppsala (Suède)
M. Juha JANHUNEN : Professeur des Universités – Université d’Helsinki (Finlande)
Mme Françoise ROBIN: Professeur des Universités – Inalco
M. Nicolas TOURNADRE : Professeur des Universités – Université Aix-Marseille 1 Provence (directeur)

26 février 2016 - MATSUMOTO Asuka - "Typologie des constructions verbales à prédicat complexe : composition en japonais et dérivation préfixale en polonais"

M. MATSUMOTO Asuka a soutenu sa thèse
Typologie des constructions verbales à prédicat complexe : composition en japonais et dérivation préfixale en polonais
le 26 février 2016
à Paris IV, co-dir. A. Lemaréchal & R. Huszcza (U. de Varsovie).

11 décembre 2015 - Mme Karell MARCHAND - "Essai de typologie des stratégies de subordination à travers différentes langues australiennes et papoues" (EPHE)

Mme Karell MARCHAND a soutenu sa thèse (mention Très Honorable avec les félicitations du jury) intitulée
Essai de typologie des stratégies de subordination à travers différentes langues australiennes et papoues, préparée à l’EPHE
le 11 décembre 2015 à l’EPHE Le France, 190 avenue de France Paris 13e
Jury :
Mme Isabelle BRIL, Directeur de recherche, CNRS / directeur d’études, EPHE
M. Marc DUVAL , Maître de conférences habilité, Université Paris IV – Sorbonne
M. Gilbert LAZARD, Membre de l’Institut de France
M. Alain LEMARECHAL, Professeur émérite, Université Paris IV / directeur d’études, EPHE (directeur)
M. Olivier SOUTET, Professeur des universités, Université Paris IV – Sorbonne
M. Jean-Christophe VERSTRAETE, Professeur, Université de Louvain
Résumé :
Cette thèse propose une étude des différentes stratégies mises en place pour former des propositions subordonnées dans les langues australiennes et papoues. Ces deux groupes de langues, rarement présents dans les études typologiques sur le sujet, présentent certaines constructions morphosyntaxiques peu fréquentes dans les langues du monde. Cette étude se base sur une dizaine de langues : quatre langues australiennes (le nyangumarta, le martuthunira, le wambaya et le kayardild) et six langues papoues (le maybrat, le yimas, le manambu, le mian, l’amele et le hua).
     Après une brève présentation grammaticale de ces langues, la thèse analyse six types de stratégies de subordination pour en déterminer les fonctions et les types d’emploi : la subordination sans marque, avec une conjonction, avec le marquage casuel, avec une forme verbale spécifique, avec un système de « switch-reference » et par la relativisation. Un dernier chapitre s’intéresse au cas particulier de la complémentation des verbes de perception. Cette thèse a pour but d’illustrer le fonctionnement de ces langues dans le domaine de la subordination, mais également, dans une dimension typologique, de montrer comment ces langues peuvent aider à repenser les théories linguistiques générales.

04 décembre 2015 - M. Huy Linh DAO - "Inaccusativité et diathèses verbales : le cas du vietnamien, préparée à l'université Sorbonne nouvelle" (Paris III)

M. Huy Linh DAO a soutenu sa thèse intitulée
Inaccusativité et diathèses verbales : le cas du vietnamien, préparée à l’université Sorbonne nouvelle – Paris III
le 4 décembre 2015
Jury :
Mme Injoo CHOI-JONIN : Professeur des Universités – Université Toulouse 2 – Jean-Jaurès
M. Danh Thanh DO-HURINVILLE : Professeur des Universités – Université de Franche-Comté
Mme Christine LAMARRE : Professeur des Universités – INALCO
M. Georges REBUSCHI Professeur émérite – Université Paris 3 (directeur)
M. Alain ROUVERET Professeur émérite – Université Paris 7 (co-directeur)
M. Bernard OYHARCABAL (absent) Directeur de Recherche – UMR 5478 Bayonne, Campus de la Nive (UPPA)

06 juillet 2015 - Mme Patrycja MATERA - "Les sujets non-canoniques en polonais et en russe, préparée à l'université Sortonne nouvelle" (Paris III)

Mme Patrycja MATERA a soutenu sa thèse intitulée
Les sujets non-canoniques en polonais et en russe, préparée à l’université Sortonne nouvelle – Paris III
le 6 juillet 2015 à la Maison de la recherche, 4 rue des Irlandais, Paris 5e (salle Claude Simon)
Jury :
Mme Hana Gruet-Skrabalova, Maître de conférences, université Clermont-Ferrand 2 Blaise Pascal
Mme Zlatka Guentcheva, Directrice de recherche émérite, CNRS-Lacito – université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Mme Fabienne Martin, Professeur des universités, université de Stuttgart (Allemagne)
Mme Ora Matushansky, DR2-HDR, université de Vincennes Paris 8
Mme Léa Nash, Professeur des universités, université de Vincennes Paris 8 (co-directeur)
M. Georges Rebuschi, Professeur des universités émérite, université Sortonne nouvelle Paris 3 (directeur)
Mme Elena Soares, Maître de conférences HDR, université de Vincennes Paris 8
Résumé :
Dans cette thèse, nous nous intéressons aux trois types d’expressions dont la structure s’écarte du modèle de la proposition transitive canonique, à savoir les constructions : anticausatives, à causalité interne, et impersonnelles en polonais et en russe. Leur point commun est que l’écart par rapport à une phrase transitive porte sur la référence du sujet de la proposition.
Dans tous les cas, le référent du sujet est non-agentif. Dans certains cas, le marquage morphologique reflète cette absence, tant sur le prédicat qui est marqué à la troisième personne du singulier neutre que par l’absence d’un sujet nominatif. Ailleurs, la morphologie ne laisse rien, ou presque rien apparaître, le prédicat s’accordant avec l’argument Thème ou le Patient.
Ces expressions feront l’objet d’une étude comparative, dans laquelle seront étudiées : la nature de chaque participant non-canonique qui apparaît dans la proposition, les caractéris­tiques de chaque prédicat présent, et enfin, les propriétés combinatoires entre les participants et les prédicats. Il sera montré que la nature et la structure et enfin la manière dont sont légi­timés les sujets non-canoniques ne sont pas seulement liées aux propriétés du réfé­rent de sujet, mais aussi dépendent de la nature du prédicat. Tout comme cela a été proposé pour les constructions anticausatives et à causalité interne (cf. Alexiadou & Anagnostopou­lou (2003), Alexiadou, Anagnostopoulou & Schäfer (2006), Schäfer (2008)), nous avancerons que les constructions impersonnelles comportent un prédicat Cause qui est responsable de la légitimation thématique des caus(at)eurs nominatifs et obliques. Les différences entre ces structures sont dues à la présence ou à l’absence de la tête Voice. Vues sous cet angle, les constructions impersonnelles sont une sorte de causativisation. Le caus(at)eur indéfini (cf. Kibort (2004)) présent dans les constructions impersonnelles d’une part, et la possible présence des causeurs obliques d’autre part, sont des preuves qui étaient cette hypothèse.

12 décembre 2014 - M. Benjamin Touati - "Description du sakao, langue océanienne du Nord-est Santo (Vanuatu). Phonologie, morphologie, syntaxe, sémantique et éléments de socio-linguistique" (Université de Paris IV-Sorbonne)

M. Benjamin Touati a soutenu sa thèse intitulée
Description du sakao, langue océanienne du Nord-est Santo (Vanuatu). Phonologie, morphologie, syntaxe, sémantique et éléments de socio-linguistique, préparée à l’université de Paris IV-Sorbonne
le 12 décembre 2014
à la Maison de la recherche de Paris 4, 28 rue Serpente, Paris 6e (salle D323)
Jury :
M. Denis CREISSELS, Professeur émérite, université Lumière Lyon 2
M. Alexandre FRANÇOIS, Chargé de recherche, Lacito-CNRS
M. Alain LEMARÉCHAL, Professeur émérite, université de Paris IV-Sorbonne (directeur)
M. Jean-Léo LÉONARD, Professeur, université Paris IV-Sorbonne
Mme Miriam MEYERHOFF, Professeure, université Victoria de Wellington
Mme Ulrike MOSEL, Professeure émérite, université de Kiel
Mme Claire MOYSE-FAURIE, Directrice de recherche, Lacito-CNRS
Résumé :
Le sakao est une langue océanienne parlée par plus de 1500 personnes, au nord-est de l’île d’Espiritu Santo, au Vanuatu. Cette thèse se fonde sur un travail de terrain de 8 mois au total. Après une présentation détaillée de la situation sociolinguistique de la région, elle décrit en détail la grammaire du sakao, à travers différents aspects : phonologie, morphologie, syntaxe et sémantique. Bien que présentant des traits caractéristiques de sa famille comme une tendance à la multiprédicativité, l’utilisation de séries verbales, ou encore le système de possession, la langue est assez innovante, notamment sur les plans phonologique et morphologique. L’ensemble de la thèse tente également de mettre en évidence les interactions entre structures intonatives et morphosyntaxe. Par ailleurs, cette thèse propose une étude détaillée de différents points, parmi lesquels : un marquage différencié de l’indéfini selon le mode REALIS/IRREALIS ; le système aspectuel et ses interactions avec le mode et l’Aktionsart ; le repérage spatial et la deixis (système à six degrés) ; et les notions de topicalisation, de focalisation, et de cadre discursif. La présente thèse comprend en annexe deux textes extraits du corpus oral, traduits et glosés, ainsi qu’une liste des différences majeures entre le sakao et le nkep, qui peuvent être considérés comme deux dialectes d’une même langue : le wanohe.

20 novembre 2014 - Mme Aurélie Cauchard - "A study of space in Caac, an Oceanic language spoken in the north of New Caledonia" (Université de Manchester)

Mme Aurélie Cauchard a soutenu sa thèse intitulée
A study of space in Caac, an Oceanic language spoken in the north of New Caledonia, préparée à l’Université de Manchester
le 20 novembre 2014
à l’Université de Manchester, Postgraduate School, PhD viva suite.
Prof. E. Schultze-Berndt (Université de Manchester, Royaume-Uni; directeur) et Madame Isabelle Bril (DR, CNRS-Lacito; co-directeur)
Jury :
Prof. Gunter Senft (MPI, Nimègue, Pays-Bas; examinateur externe)
Madame Martina Faller (Université de Manchester, Royaume-Uni; examinateur interne)
Résumé en anglais :
In the present study, I describe the linguistic expression of space in Caac, an Oceanic language spoken in New Caledonia, from both a descriptive and theoretical perspective. Caac is a minority language whose transmission process is not ensured anymore; it is also an under-documented language. Part I provides a concise description of Caac grammar, presenting thereby a first formal portrait of this language to the reader. Part II describes the formal and semantic features of the linguistic resources available in Caac to encode spatial relationships. Part III presents the theoretical framework based on and exploring further the vector analysis developed by Bohnemeyer (2012) and Bohnemeyer & O’Meara (2012). In particular, I propose an additional sub-category of vectors (Head-unspecified Vectors) which account for the uses of centrifugal forms in Caac. The resulting theoretical framework enables me to provide a systematic account of expressions of orientation as well as location and motion, and to combine the Frames of Reference typology (Pederson et al. 1998; Levinson, 1996, 2003; Bohnemeyer & Levinson, not dated) with an analysis of deictic expressions within a single framework. It also allows us to give a detailed analysis of the uses and combinations of Caac absolute and deictic directionals, which are spatial terms of primary importance for spatial reference in Caac. Special attention, moreover, is given to the use of directionals in spatial constructions involving Fictive Motion. The analysis of Caac data leads us to introduce an additional category of Fictive Motion beyond those previously recognised in the literature, labelled here ‘Anticipated Paths’. In the conclusion, I propose a functional and cultural-specific explanation for the emergence of this construction. Anticipated Path expressions in turn shed new light on the nature of vectors and the relationship between location, motion and orientation.

18 décembre 2013 - Mme Léa Ghislaine Gamille - "Éléments de description phonologique et morphologique du lumbu, langue bantu (B44) du Gabon, parlée à Mayumba" (Sorbonne Nouvelle-Paris III)

Mme Léa Ghislaine Gamille a soutenu sa thèse intitulée
Éléments de description phonologique et morphologique du lumbu, langue bantu (B44) du Gabon, parlée à Mayumba,
le 18 décembre 2013 à l’université de Sorbonne Nouvelle-Paris III
sous la direction de K.S. Kabore

11 décembre 2013 - Mme Anne-Laure Dotte - "Aménagement terminologique des langues minoritaires: application au iaai (Ouvéa, Nouvelle-Calédonie)" (Univ. Lyon 2/DDL)

Mme Anne-Laure Dotte a soutenu sa thèse intitulée
Aménagement terminologique des langues minoritaires: application au iaai (Ouvéa, Nouvelle-Calédonie) (Univ. Lyon 2/DDL)
le 11 décembre 2013 à l’université de Lyon 2
Jury :
M. Michel Bert (Univ. Lyon 2-DDL)
M. Niko Besnier (Univ. d’Amsterdam)
Mme Colette Grinevald (directrice, Univ. Lyon 2-DDL)
Mme Isabelle Léglise (CNRS-SeDyl)
Mme Miriam Meyerhoff (Univ. Auckland)
Mme Claire Moyse-Faurie (directrice, Lacito / Univ. Nelle-Calédonie)

09 décembre 2013 - "M. Jean-Claude Teriierooiterai - Mythes, astronomie, découpage du temps et navigation traditionnelle : l'héritage océanien contenu dans les mots de la langue tahitienne" (Univ. de la Polynésie française)

M. Jean-Claude Teriierooiterai a soutenu sa thèse intitulée
Mythes, astronomie, découpage du temps et navigation traditionnelle : l’héritage océanien contenu dans les mots de la langue tahitienne (Univ. de la Polynésie française) le 9 décembre 2013 en viseoconférence avec Papeete
Jury :
M. Eric Conte (Univ. Polynésie française)
M. Patrick Kirch (Univ. Berkeley)
Mme Claire-Moyse Faurie (directrice, Lacito / Univ. Nelle-Calédonie)
Mme Anne Di Piazza (CNRS-CREDO)
M. Bruno Saura (directeur, Univ. de la Polynésie française).

06 décembre 2013 - M. Régis Ollomo Ella - "Description linguistique du shiwa, langue bantu du Gabon: Phonologie, morphologie, syntaxe, lexique" (Sorbonne Nouvelle- Paris 3)

M. Régis Ollomo Ella a soutenu sa thèse intitulée
Description linguistique du shiwa, langue bantu du Gabon: Phonologie, morphologie, syntaxe, lexique
le 6 décembre 2013 à Paris 3 Sorbonne Nouvelle- Centre Bièvre, 1 rue Censier, 3e étage, salle C
Jury :
M. Sû-tôôg-nooma Kabore, Professeur, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (directeur de thèse)
M. Jules Mba-Nkoghe, Professeur, Université Omar Bongo
M. Gilbert Puech, Professeur émérite, Université Lyon 2
Mme Annie Rialland, Directeur de recherche émérite au CNRS, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Mme Marie-Françoise Rombi, Directeur de recherche au CNRS, Muséum National d’Histoire Naturelle (directrice de thèse)

05 décembre 2013 - M. Norbert Mtavangu - "La contribution des Français à l'étude du swahili : le cas de Charles Sacleux (1856-1943)" (INALCO)

M. Norbert Mtavangu a soutenu sa thèse intitulée
La contribution des Français à l’étude du swahili : le cas de Charles Sacleux (1856-1943), INALCO
le 5 décembre 2013 à l’Inalco, 2 rue de Lille, Paris 7e (salons d’honneur)
Jury :
M. Marc van Campenhoudt (Professeur, Institut supérieur de Traducteurs et d’Interprètes (ISTI), Haute Ecole de Bruxelles)
M. Sylvester Osu (Professeur de linguistique à l’Université François Rabelais de Tours)
M. Sü-Tôôg-nooma Kukka Kabore (Professeur de linguistique à l’Université Paris III Sorbonne nouvelle)
M. Thomas Szende (Professeur de hongrois à l’INALCO)
Mme Odile Racine Issa (Professeur de swahili à l’INALCO), directrice de thèse.

04 décembre 2013 - Mme Yekaterina Garcia Markina - "Recherches sur l'opposition entre 'ser' et 'estar' en espagnol. Historique de la question et application à l'étude des variations dans leurs emplois en espagnol spontané contemporain au Mexique" (Paris III)

Mme Yekaterina Garcia Markina a soutenu sa thèse intitulée
Recherches sur l’opposition entre ‘ser’ et ‘estar’ en espagnol. Historique de la question et application à l’étude des variations dans leurs emplois en espagnol spontané contemporain au Mexique (Paris III)
le 4 décembre 2013 à la Maison de la Recherche
4 rue des Irlandais 75005 Paris (salle Claude Simon)
Jury :
M. Eric Beaumatin (Professeur, Université Paris III)
M. Raphaël Estève (Professeur, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3)
M. Ricardo Etxepare (HDR, CNRS UMR 5478)
M. Georges Rebuschi (directeur, Univ. Paris III).

02 décembre 2013 - Mme San San Hnin Tun - "La grammaire du discours en birman parlé : fonctions des particules énonciatives dans la grammaire du birman parlé (Paris III)

Mme San San Hnin Tun a soutenu sa thèse intitulée
La grammaire du discours en birman parlé : fonctions des particules énonciatives dans la grammaire du birman parlé (Paris III)
le 2 décembre 2013 à la Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais 75005 Paris (salle Claude Simon)
Jury :
Mme Denise Bernot (Professeur émérite, INALCO)
Mme Marie-Hélène Cardinaud (Maître de conférence, INALCO)
M. François Jacquesson (DR CNRS – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3), directeur
M. Alain Lemaréchal (Professeur, Paris IV & Directeur d’Etudes, EPHE)
M. Denis Paillard (DR CNRS, Université Paris-Diderot Paris 7)
M. John Whitman (Professeur, Cornell University, Etats-Unis & National Institute for Japanese Language and Linguistics, Japon).

08 novembre 2013 - M. Fabrice Wacalie - "Description morpho-syntaxique du nââ numèè (langue de Yaté, Extrême-Sud de la Nouvelle-Calédonie" (INALCO)

M. Fabrice Wacalie a soutenu sa thèse intitulée
Description morpho-syntaxique du nââ numèè (langue de Yaté, Extrême-Sud de la Nouvelle-Calédonie (INALCO)
le 8 novembre 2013 à l’Université de la Nouvelle-Calédonie
Jury :
Mme Jacqueline de La Fontinelle (Inalco)
M. Frank Lichtenberk (Univ. Auckland)
Mme Claire Moyse-Faurie (directrice, Lacito / Univ. Nelle-Calédonie)
M. Tadahiko Shintani (Univ. Tokyo)
M. Jacques Vernaudon (directeur, Univ. Polynésie française).

16 septembre 2013 - M. Ergin Öpengin - ""Clitic/affix interactions: a corpus-based study of person marking in the Mukri variety of Central Kurdish" [Les interactions clitiques/affixes: Etude de corpus sur le marquage des personnes dans la variété mukri du kurde central]" (Paris III & Université de Bamberg, Allemagne)

M. Ergin Öpengin a soutenu sa thèse intitulée
« Clitic/affix interactions: a corpus-based study of person marking in the Mukri variety of Central Kurdish » [Les interactions clitiques/affixes: Etude de corpus sur le marquage des personnes dans la variété mukri du kurde central],
thèse en cotutelle Paris III (F. Jacquesson) & Université de Bamberg, Allemagne (G. Haig)
le 16 septembre 2013 à la Maison de la Recherche (salle Claude Simon), 4 rue des Irlandais 75005 Paris (voir aussi sur le site de Paris III)
Jury :
Mme Agnès Korn, PRU, Université de Frankfurt – Allemagne
M. Claude Hagège, Professeur Honoraire au Collège de France
M. Geoffrey Haig, PRU, Université de Bamberg – Allemagne (directeur)
M. François Jacquesson, DR CNRS – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 (directeur)
Mme Annie Montaut, PRU – INALCO
Mme Pollet Samvelian, PRU – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
M. Franck Seifart, Senior Researcher Max Planck Institute – Leipzig – Allemagne
Résumé :
Le système de marquage personnel du kurde central, avec un ensemble complexe de paradigmes personnels, présente un bon nombre de problèmes, notamment dans la manière dont les paradigmes personnels sont distribués dans l’indexation des arguments. Par exemple, un enclitique personnel qui marque l’actant oblique, construit avec une préposition dans les constructions au présent, devient un affixe personnel dans les constructions au passé. D’autres actants sont affectés par des alternances comparables. Les recherches précédentes (Bynon 1979 ; Samvelian 2007 ; Haig 2008 ; Jügel 2009) ont mis en évidence les phénomènes pertinents, mais un traitement global du problème et une explication générale des motivations derrière le phénomène font encore défaut. L’investigation de ce problème spécifique de la morphosyntaxe du kurde central requiert une analyse globale du système de marquage personnel de la langue. Ainsi, nous établissons le statut morphophonologique des paradigmes des personnes et nous examinons en détail le fonctionnement des marques de personnes, en indiquant des déviations intéressantes par rapport aux tendances typologiques qui favorisent l’accord grammatical avec des formes affixales et l’expression pronominale avec les clitiques (Siewierska 2004). Nous proposons une nouvelle analyse du positionnement des enclitiques mobiles en kurde central en termes de phonologie prosodique (Selkirk 1995 ; Truckenbrodt 1999 ; Anderson, 2005) selon laquelle une forme de personne enclitique apparaît systématiquement après la première phrase phonologique (ou mot prosodique) dans le domaine du syntagme verbal. L’alternance formelle d’un enclitique personnel et d’un affixe personnel est considéré comme le résultat des restrictions sur les combinaisons des enclitiques, lesquelles conduisent nécessairement à un mauvais positionnement de l’un des clitiques de la combinaison. L’alternance formelle de l’un des clitiques en affixe personnel permet d’éviter une combinaison de clitiques (Gerlach 2002), ce qui conduit à un positionnement correct des morphèmes de personnes. D’autres problèmes du système des marques de personnes sont expliqués grâce à un examen plus approfondi des faits de prosodies et par une série de contraintes plus générales de la langue (Prince and Smolensky 1993 ; Yip 1998) qui favorisent l’expression des actants en maintenant distincte l’identité morphologique et phonologique des marques de personnes lorsqu’elles sont en combinaison.

22 février 2013 - M. Guillaume Oisel - "Morphosyntaxe et sémantique des auxiliaires et des connecteurs du tibétain littéraire. Étude diachronique et synchronique" (Paris III)

M. Guillaume Oisel a soutenu sa thèse intitulée Morphosyntaxe et sémantique des auxiliaires et des connecteurs du tibétain littéraire. Étude diachronique et synchronique (Paris III, 22 février 2013).
Jury :Jacques BRES (Université Montpellier 3), Françoise ROBIN (INALCO), Nicolas TOURNADRE (Université d’Aix-Marseille, directeur), Dan XU (INALCO), [Annie MONTAUT (INALCO – absente)]Résumé :
L’étude du système verbal du tibétain littéraire présente un intérêt typologique à plus d’un titre. D’une part, elle permet d’observer l’évolution du système verbal, notamment les constructions avec un auxiliaire et les connecteurs verbaux, sur une période de plus de mille ans. Cette langue classique a l’avantage d’avoir quasiment préservé la même orthographe au cours de cette très longue période. J’ai choisi de me concentrer sur la période du quinzième siècle en choisissant pour corpus principal une œuvre très célèbre : la biographie de Milarépa. J’ai ensuite comparé le système verbal de cette période avec le tibétain littéraire contemporain. La principale raison qui a motivé cette étude, est l’émergence en tibétain moyen d’un système d’auxiliaires indiquant l’évidentialité, c’est-à-dire la grammaticalisation de la source épistémologique et de l’accès à l’information. Le tibétain est la seule langue littéraire d’Asie ayant une grande ancienneté qui ait développé un système verbal évidentiel complexe. Outre l’étude de la sémantique grammaticale, la deuxième motivation à l’origine de cette étude est la syntaxe des constructions avec un auxiliaire et des connecteurs du tibétain moyen et leur évolution en tibétain littéraire contemporain. Les données du tibétain littéraire et les analyses synchronique et diachronique sont susceptibles d’apporter une contribution à la typologie aussi bien en ce qui concerne l’évidentialité et les modalités épistémiques qu’en ce qui concerne la syntaxe des auxiliaires et des connecteurs.

30 janvier 2013 - M. Alexandre Djoupa - "Analyse syntaxique et sémantique du fagauvea (Ouvéa, îles Loyauté, Nouvelle-Calédonie)" (INALCO)

M. Alexandre Djoupa a soutenu sa thèse intitulée Analyse syntaxique et sémantique du fagauvea (Ouvéa, îles Loyauté, Nouvelle-Calédonie), INALCO (30 janvier 2013, mention Très Honorable avec les félicitations du jury)
Jury : Claire Moyse-Faurie (Lacito-CNRS, directrice), Niko Besnier (université d’Amsterdam), Isabelle Bril (Lacito), Denis Creissels (PRE, ‘université Lumière Lyon 2), Gilbert Lazard (PRE EPHE)

27 janvier 2012 - M. Sophio Milorava - " Syntaxe et sémantique des verbes de déplacement, de mouvement et de position en français et en géorgien modernes", dir. A. Lemaréchal (Paris IV)
27 janvier 2012 - Mme Suzie Bearune - "L'expression linguistique de l'espace en nengone (Maré, Nouvelle-Calédonie)" (INALCO)

Mme Suzie BearuneL’expression linguistique de l’espace en nengone (Maré, Nouvelle-Calédonie), dir. Mme Claire Moyse-Faurie, INALCO (27 janvier 2012, mention très honorable)
Jury : Isabelle Bril (Lacito), Denis Creissels (université Lumière-Lyon 2), Jean-Michel Fortis (CNRS-HTL), Alain Lemaréchal (université de Paris Sorbonne-Paris 4), Claire Moyse-Faurie (Lacito, directrice).

Thèses soutenues de 2003 à 2011 :
  • M. Tong WuLa relativisation prénominale, co-dir. Giuglielmo Cinque (Université de Venise) et Georges Rebuschi (Paris III), mention très honorable (1er décembre 2011)
    Thèse en cotutelle entre Paris 3 et Ca’ Foscari (Venise)
    Jury : Alessandra Giorgi (Venise), Mark de Vries (Groningue), Alain Kihm (LLF – UMR 7110 du CNRS), Karen Ferret (Paris 3) et les deux co-directeurs.
  • M. Sudarat BuddhapongLe passif et ses équivalents en thai et en français, Paris IV, dir. A. Lemaréchal (2011).
  • Mme Yordanka KozarevaL’aspect grammatical et ses manifestations dans les traductions en français de textes littéraires bulgares, dir. M.M.J. Fernandez-Vest, Paris III, mention très honorable avec félicitations du jury (7 février 2011)
    Jury : Marie-France Delport, M.M.Jocelyne Fernandez-Vest (directrice), Zlatka Guentchéva, Pollet Samvelian, Marie Vrinat-Nikolov
  • Mme Marie Pourquié, Approche neuropsycholinguistique du traitement des verbes dans l’aphasie agrammatique. Étude translinguistique de cas : basque et français (27 janvier 2011)
    Jury : L. Baque-Millet (Barcelone), M. Hickmann (SFL-Cnrs/Paris8), J.-L. Léonard (Paris3), J.-L. Nespoulous (Toulouse2/I.U.F), dir. de thèse, L. Obler (New York), B. Oyharcabal (Iker-Cnrs), G. Rebuschi (Paris3), co-dir. de thèse, P. Sauzet (Toulouse2)
  • Mme Agnès Henri, Eléments de description d’une langue mélanésienne du Vanuatu, le sungwadia, dir.  A. Lemaréchal, Paris IV (10 décembre 2010)
    Jury : Injoo Choi-Jonin, Gilbert Lazard, Alain Lemaréchal (directeur), Ulrike Mosel et Claire Moyse-Faurie.
  • M. Mohamed Aghali-ZakaraL’identité touarègue. Unité et diversité d’un peuple berbère. En contribution à l’étude des sociétés africaines, thèse d’Etat, dir. K.S. Kabore, Paris III (27 octobre 2010).
  • M. Shiho YamamotoRecherches sur les relatives à pivot interne en japonais, dir. G. Rebuschi, Paris III, mention très honorable avec félicitations du jury (14 mars 2010)
    Jury : Mme Injoo Choi-Jonin (Toulouse II & Lacito), pré-rapporteur et présidente ; Mme Dominique Klingler (Sorbonne-Nouvelle–Paris 3), expert ; Mme Marie-Claude Paris, U. Paris VII (pré-rapporteur) ; Georges Rebuschi (Sorbonne-Nouvelle et Lacito), directeur de recherche.
  • M. Straton RurangirwaLes politiques linguistiques du Rwanda. Enjeux, bilan et perspectives, dir. K.S. Kabore, Paris III (19 mars 2010).
  • M. Adamou Belko BayoroToponymie de la communauté urbaine de Niamey, dir. K.S. Kabore, Paris III (12 février 2010).
  • Mme Fatima Hamlaoui Le focus à l’interface de la syntaxe et de la phonologie: le cas du français dans une perspective typologique, dir. G. Rebuschi, Paris III, mention très honorable avec félicitations du jury (9 décembre 2009)
    Jury : Marie-Hélène Côté, U. d’Ottawa (rapporteur) ; Caroline Féry, Wolfang-Goethe-Universität, Frankfort (rapporteur) ; Elisabeth Selkirk, U. du Massachusetts à Amherst  ; Annie Rialland, Sorbonne-Nouvelle – Paris 3 (présidente du jury) et Georges Rebuschi, Sorbonne-Nouvelle & LACITO (directeur de recherche).
  • M. Jérémie DelormeEléments de toponymie générale du Grand-Bornand à Passamainty, terrain de longue durée et enquêtes contrastives en terrain varié dans les domaines roman, polynésien, basque et bantu, dir. A. Lemaréchal, Paris IV (29 mai 2009)
  • M. Ali AbdoulhamidAnalyse syntaxique des constructions participiales absolues en français, dir. G. Rebuschi, Paris III (20 février 2009)
  • Mme Marijana Petrovic-Rignault, Description syntaxique et sémantique du valaque (un parler daco-roumain de Serbie), Paris IV (6 décembre 2008)
    Jury : Zlatka Guentchéva (CNRS), directrice, Petya Assenova (Sofia), Alain Lemaréchal (Paris IV), Franck Neveu (Univ. de Caen et CRISCO) et Biljana Sikimic (Académie des Sciences, Serbie).
  • Mme Zuzana VokurkovaLes marques de modalités médiatives et épistémiques en tibétain standard, dir. N. Tournadre, Paris VIII & Univ. Charles, Prague, dir. N. Tournadre (24 septembre 2008).
  • Mme Ana de la Fuente AltabaLes aspects sémantiques de l’incorporation nominale en nahuatl, Paris III (14 décembre 2007).
    Jury : Hamida Demirdache (Nantes) ; Brenda Laca (Paris VIII) ; Jean-Leo Léonard (Paris III) et Georges Rebuschi (dir., Paris III & Lacito)
  • Mme Rosakot Tubplang-ThamprasertL’adjectif et ses équivalents en thai et en français, dir. A. Lemaréchal, Paris IV (12 juin 2007)
  • Mme Marina PapacleovoulouÉnonciation et temporalité : étude du système du grec moderne en comparaison avec le français, thèse, co-dir. Z. Guentchéva, Paris IV (17 mars 2006).
  • Mme Eglantine GoddefroyDe la subjectivité dans l’énoncé de presse écrite, dir. A. Lemaréchal, Paris IV (25 janvier 2005).
  • Mme Sang Yun ParkSyntaxe et sémantique des verbes français. Contribution à l’étude de la transitivité en français, dir. A. Lemaréchal, Paris IV (25 janvier 2005).
  • Mme Hana SkrabalovaRecherches sur la syntaxe et la sémantique des expressions coordonnées, avec application particulière à la coordination nominale en tchèque, dir. G. Rebuschi, Paris III (13 décembre 2004).
  • Mme Alice VittrantLa modalité et ses corrélats en birman dans une approche comparative, dir. M. Mazaudon, Paris VIII (10 décembre 2004).
  • M. Jean-Jacques CastéretLe chant de table en Béarn et Bas-Adour : ethnomusicologie d’une pratique polyphonique, dir. A.-M. Despringre & N. Sevestre, Paris IV (30 novembre 2004).
  • M. Gilles PolianÉléments de grammaire du tseltal, langue maya du Mexique, dir. G. Rebuschi, Paris III (22 novembre 2004)
  • Mme Eleni ValmaLa causalité en grec et en français (étude contrastive), dir. Z. Guentchéva, Paris VII (10 mai 2004)
  • Mme Sophia BarretoLa chanson traditionnelle de l’Est venezuelien et ses rapports avec la musique des îles Canaries. Approche d’une étude comparative des malaguenas, dir. A.-M. Despringre & L. Jambou, Paris IV (12 janvier 2004).
  • M. Marc DuvalL’interrogation indirecte totale à travers ses marques, dir. A. Lemaréchal, Paris IV (11 décembre 2003).
  • Mme Hee-Young LeeL’auxiliation aspectuelle en coréen et en français, dir. A. Lemaréchal, Paris IV (16 juin 2003)
  • Mme Nora BonehLa représentation syntaxique du temps : le cas de l’hébreu moderne, de l’arabe standard et dialectal, co-dir. G. Rebuschi & M.-A. Rouveret, Paris VIII (8 avril 2003)